Bio

« BIO » : Trois lettres souvent incomprises. Décryptage

Bio

Le bio, c’est avant tout une démarche responsable

L’agriculture biologique, (« bio » pour faire court) consiste à n’utiliser aucun produit chimique de synthèse tel que pesticides, fertilisants artificiels, hormones de croissances ou OGM. Cependant, sans aller chercher dans les spécificités règlementaires (car les différents chemins pour y parvenir sont nombreux), retenez plutôt l’essentiel : une marque bio s’inscrit dans une vision globale de développement aussi responsable que durable.

·      Vous avez un doute sur le label bio d’une marque ? N’hésitez surtout pas à rentrer en contact avec le producteur. Il y a fort à parier que celui-ci communique largement sur ses pratiques, via son site web, voire même par courrier. Rien de tel que le contact direct à la moindre question.

Coûts de production, critères : une géométrie variable.

Comme on l’a vu, les spécificités qui vont rendre un produit bio sont clairement établies. Cependant, elles varient grandement de pays en pays ou de secteur en secteur. Pour ce qui est de l’impact direct sur votre porte-monnaie par exemple, même si les prix varient entre chaque zone de production, à de rares exceptions près, produire du bio reviendra toujours plus cher que de produire du « classique ».

·      Notre conseil : Un travail minimal d’investigation vous permettra de faire le tri entre les différents produits bio disponibles dans votre magasin. Le prix reste toujours un critère de choix, mais comme développé ci-après, n’oubliez pas de faire peser d’autres arguments dans la balance.

Petit ou grand producteur bio :  tous logés à la même enseigne ?

Nous l’avons vu : sur le papier, pour qu’une marque puisse apposer le label « bio » tant convoité sur le produit, les règles sont clairement établies. Est-ce à dire que la qualité entre deux produits sera strictement la même ? Entre une petite coopérative locale qui produit une marque modeste et une enseigne de la grande distribution, les différences abondent, et ce, avant même de faire intervenir le critère bio.

·      Ici aussi, le bon sens et un minimum de prise de renseignements auprès des sites web des marques seront vos alliés les plus précieux pour faire un choix au moment d’aller faire vos emplettes. Rassurez-vous : en consommant bio, vous avez déjà pris un parti responsable. Tous les autres critères de la marque que vous aurez choisis dépendront de choix économiques et humains indépendants du bio. À vous de les connaître !

J’achète bio, donc je m’arrête là ?

Bon sens et éducation avant tout, au-delà du bio.

Le bio, comme nous venons de le voir, c’est un ensemble de pratiques diverses pour mettre au point un produit. Une fois ce produit dans votre panier, (qu’il soit à manger ou à appliquer sur votre peau par exemple), la prise de conscience ne s’arrête pas là. Bien au contraire. Pour nous, c’est même plutôt le point de départ d’une démarche responsable et éthique vis-à-vis de votre manière de consommer (rien que ça !). Oui mais par où commencer ? Pas de panique, on vous donne quelques pistes.

D’autres pistes que le bio à explorer pour consommer de manière responsable :

le produit que vous achetez rémunère-t-il son producteur de manière juste ? Vous le saurez grâce au label « C’est qui le patron ?!® »

·      le produit désiré fait-il partie du commerce équitable ? Le label de l’association Max Havelaar pourra vous aider dans ce sens.

·      le produit en question utilise-t-il des matériaux recyclables ? des matériaux qui limitent les polluants ?

·      le produit que vous achetez provient-il d’un producteur local, ou vient-il de parcourir la moitié de la planète en avion ?

·      la crème hydratante que vous vous appliquez sur la peau, ou votre rouge a lèvre ont-ils été testés sur des animaux ? Renseignez-vous toujours auprès du fabricant en cas de doute.

Bébé en approche : quelques pistes pour vous accompagner

Couches, produits d’hygiène et soin : que savoir « sur le papier »

Commençons par enfoncer les portes ouvertes : la qualité du produit que vous choisirez dépend majoritairement des ingrédients qui le constituent. La lecture de sa composition est donc obligatoire. À observer de près si vous cherchez quelque chose à vous appliquer sur la peau :

·      Le degré de naturalité a son importance. Plus il se rapprochera de 100%, mieux ça sera

·      Le parabène, le phénoxyéthanol et les phtalates sont aussi difficiles à prononcer par vous qu’à tolérer par votre peau. Fuyez-les !

S’équiper à l’arrivée de bébé : les bons réflexes

Après la théorie, au tour de la pratique : Au-delà de la composition, rien ne vaut un test produit si le magasin le permet. Pas possible dans votre enseigne ? Dans ce cas :

·       La réputation de Yuka ou Que Choisir et de « 60 millions de Consommateurs » n’est plus à faire. Consultez-les. ·      Les avis des précédents utilisateurs sont très riches d’enseignements (sur Amazon par exemple). Ne vous en privez pas !

Alimentation : faut-il s’équiper « bio » de A à Z pour consommer ?

Une grande majorité de produits alimentaires pour bébés est issue de l’agriculture biologique (label AB), ce qui est une excellente nouvelle en soi. Cependant, vous vous rendrez compte sur le long terme qu’acheter ces produits revient très cher. Notre conseil au moment d’attaquer la diversification alimentaire (vers 6 mois) : préparez vous-même les repas de Bébé ! Entre acheter des petits pots bio prêts à consommer et préparer vous-mêmes les repas, la différence de prix est conséquente, et ce même si vous continuez à acheter du bio !

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.